Pharma on Suisse – Consultation médicale en officine

février 29, 2012
in Category: Non classé
0 1255 0

Le programme netCare permet au patient de bénéficier, dans plus de 200 pharmacies suisses, d’une consultation et d’une aide médicale rapide en cas de maladie ou de blessures mineures.  Ce programme est le fruit d’une collaboration entre l’ordre des pharmaciens suisses PharmaSuisse, le centre de télémédecine Medgate et l’assurance-caisse maladie Helsana.

 

netCare logo vert

 

Comment se passe une consultation dans une officine netCare?

Dans un local séparé de l’espace de vente, le pharmacien reçoit le patient pour un entretien préliminaire. Il a suivi une formation adaptée et dirige l’entretien selon un arbre décisionnel élaboré par des médecins et des pharmaciens. A la suite de ce qu’il en ressort, le pharmacien va proposer au patient :

– soit une médication OTC en lui spécifiant les doses et la prise à respecter du médicament.

– soit le transfert vers d’autres professionnels de santé (médecin, service d’urgence, thérapeute, …).

– soit de contacter un médecin Medgate qui établira le tableau clinique via une liaison vidéo sécurisée et, au besoin, prescrira des médicaments sous ordonnance.

Voici un exemple de cas et une vidéo permettant de mieux comprendre le fonctionnement de netCare :

L’entretien préliminaire avec le pharmacien est facturé 15 francs suisses (13 euros), la consultation télémédicale avec le médecin medgate par l’intermédiaire netCare 48 francs suisses (40 euros).

Ce programme, développé par les Suisses, ne substitue en aucun cas le rôle du médecin généraliste. Il permet de traiter rapidement les maux du quotidien (maux de gorge, cystite, brûlure d’estomac, maux de dos, conjonctivite, …) et d’offrir une meilleure prise en charge du patient. Le conseil officinal est à son paroxysme!

 

 

 

NetCare pourrait entraîner d’importantes économies en réduisant le nombre de consultations (triage professionnel), en particulier aux urgences, et en améliorant les échanges d’informations entre professionnels de santé. Le pharmacien y trouve son compte en élargissant judicieusement son offre de prestations.

Ce système ne doit pas être une solution pour pallier à la désertification médicale. Ni le pharmacien ni la télémédecine ne peuvent remplacer les compétences et la relation humaine d’un médecin de famille.

Avec le décret du 19 octobre 2010 relatif à la télémédecine en France, nos pharmaciens peuvent s’inspirer de leurs voisins suisses et développer ce programme dans leurs officines.

Source : PharmaSuisse; Tribune de Genève; Medgate.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>